Bitcoin : génie ou folie ?

Cette monnaie virtuelle a été lancée en 2009, mais les premières ébauches d’une monnaie électronique dataient du début des années 1990. Le système fonctionne sans autorité centrale, ni administrateur unique, mais de manière décentralisée grâce à l’acceptation de l’ensemble des nœuds du réseau.

Il s’agit d’une monnaie de transactions admise pour le e-commerce, mais, maintenant, par certains établissements bancaires. A l’origine, il lui était reproché d’abriter des transactions mafieuses, bien que cet aspect semble être aujourd’hui marginal.

La quantité de monnaie émise en 2009 ne progresse que faiblement, environ 21 millions de bitcoindans le monde. Cette monnaie électronique emprunte la technologie des chaînes de blocs (blockchain) pour un transfert rapide et anonyme de fonds sans recourir à un système centralisé de paiement même si toutes les transactions sont enregistrées.

En face de cette offre quasi fixe, une multitude d’investisseurs souhaite en acquérir.  Sa valeur a été multipliée par plus de 10 depuis le 1er janvier (USD 1 000) en raison de son utilisation de plus en plus fréquente et d’une demande nouvelle des investisseurs institutionnels. Compte tenu du cours qui vient de dépasser USD 10 000, la masse en circulation représente une valeur instantanée de plus de 220 mia de dollars, soit la même capitalisation que Coca-Cola ou UBS.

 

Pourquoi un tel engouement ?

Le développement des achats avec le mobile facilite le paiement par cette monnaie, avec des frais inférieurs à ceux des cartes de crédit.

Par ailleurs, de nombreux investisseurs font la lecture qu’il est aisé de gagner de l’argent sans aucune connaissance technique.

Elle peut aussi, abriter des transactions occultes.

 

Un véhicule sans risque ?

Mais, en l’absence de régulateurs, des malversations se font jour.  En 2013 et en 2015, des acteurs de ce marché sont arrêtés pour escroquerie. En 2015, 19 000 bitcoins disparaissent également d’une des plateformes de transaction….

Le principal risque se situe dans la valorisation de cette monnaie.

Comme sur un marché, le cours résulte d’une confrontation entre les acheteurs et les vendeurs. Face à une quantité connue, non extensible, les acheteurs deviennent de plus en plus nombreux (les particuliers qui veulent faire une bonne affaire, les fonds spéculatifs, le e-commerce en croissance, particulièrement en zone émergente, la protection des épargnants contre les devises faibles).

De ce fait, le cours n’a pas de limite. Mais, comme toute bulle, un jour elle éclatera et entrainera la ruine du dernier porteur après avoir fait la fortune du précédent.

Malgré tout, un tel accident ne devrait pas présenter un risque systémique pour l’économie mondiale.

 

Conclusion

En face d’un comportement irrationnel, tout peut arriver. Si vous regarder le Bitcoin comme un jeu au Casino, pourquoi pas…mais en tant que placement nous ne pouvons que vous inciter à rester à l’écart.

Inscrivez-vous à notre newsletter!

Fields marked with an * are required

ACTUALITÉS VECTOR GESTION

La revue de presse n°5

Revue de presse du 01.07 au 15.07 L’économie suisse « se porte plutôt bien », selon la directrice…
LIRE +

La revue de presse n°4

Revue de presse du 15.06 au 30.06 «Je ne crois guère à une réelle normalisation des taux…
LIRE +